Comment nettoyer couette, oreiller, tapis, rideaux, plaid et coussins ? // Hëllø Blogzine blog deco & lifestyle www.hello-hello.fr
CONSEILS DECO, HOME COACHING

Plaids, couettes, coussins, tapis, rideaux, ces textiles qu’on ne pense jamais à laver

Et vous, cela remonte à quand la dernière fois que vous avez nettoyé votre couette ? Plaids, rideaux, coussins, tapis… on met souvent beaucoup plus d’entrain à chiner ou à traquer en soldes tous ces sublimes textiles qui nous entourent qu’à les laver. Et pourtant, ils ont beau être au top de leur Instagramitude, ils n’en sont pas moins de simples objets qui captent généreusement poussière et saletés. Au menu des bactéries qui y pullulent : transpiration, régurgitation du petit dernier, compote et crasse du métro.

Il faut dire que s’attaquer au nettoyage de certaines pièces – au hasard les tapis berbère ou les sublimes plaids en laine XXL – n’est pas aussi simple que de régler le sort d’un torchon. On y pense et puis on finit toujours par les tapoter ou par passer un rapide coup d’aspirateur dessus en se disant qu’on s’en occupera le week-end suivant.

Le souci, outre la prolifération de bactéries qui fragilisent notre santé (yeux rouges, nuque qui gratte et autres réjouissances), c’est l’incrustation de crasse qui finit par durcir, casser les fibres et la fendiller. Sans parler des couleurs qui fanent, des textures qui changent et de la souplesse qui se perd. Ce serait dommage de laisser la flemme ruiner votre déco. D’autant que cela n’a rien de très compliqué. La preuve.

La couette

On passe environ huit heures par jour dans son lit et chaque nuit, on perd en moyenne un litre d’eau. Conclusion : on lave sa couette au moins deux fois par an et on s’offre un sur-matelas pour épargner le matelas qui, lui, ne se lave pas.

Comment on la nettoie ?

Inutile de s’acharner à faire rentrer sa couette ou le surmatelas dans votre lave-linge. Pour les nettoyer (même séparément), il faudrait une machine ayant au moins 15 kilos de capacité, sachant qu’au mieux les modèles individuels supportent 10 kilos.
On a deux options : la laverie (prévoir un bon roman et un thermos de café pour attendre le cycle de lavage puis celui du séchage pour qu’elle reprenne bien sa forme), ou plus rapide et moins fastidieux, le pressing. On privilégie les enseignes écologiques comme Sequoia. Cette chaîne de pressings écologiques nettoie à l’eau ou à sec avec la technologie Greenearth au silicone liquide (comme celui que l’on peut trouver dans les cosmétiques et les shampoings). « Le nettoyage à sec que nous pratiquons permet non seulement de raviver les couleurs, de préserver la fibre mais aussi de prolonger leur durée de vie tout en respectant l’environnement » explique Nicolas de Bronac, cofondateur de Sequoia.

Les oreillers

Tout comme la couette, ils absorbent toute l’eau que vous perdez pendant la nuit. On conseille de les laver tous les deux mois.

Comment on les nettoie ?

Plus petits qu’une couette, ils passent sans problème à la machine entre 40° et 60° selon le type d’oreiller. Le mieux est de se référer à l’étiquette. On préfèrera les laver par deux pour équilibrer la machine. La petite astuce : glisser une balle de tennis dans le sèche-linge pour qu’ils gardent tout leur gonflant. Idéalement on les emmène au pressing une fois par an pour un nettoyage un peu plus en profondeur avec un fongicide et un antibactérien comme le propose la chaîne Sequoia.

Les draps

Pour les housses de couette et les taies d’oreillers, c’est machine toutes les semaines à 60°. Et pressing, l’option zéro effort si on préfère les récupérer directement pliés et repassés sous housse.

Les plaids

On s’est enroulé dedans tout l’hiver, il serait temps de les aérer un peu.

Comment on les nettoie ?

S’ils sont en laine, direction le pressing sous peine de les voir feutrer, rétrécir et devenir si rêche que vous n’aurez pas envie de vous lover dedans l’hiver prochain.

Si l’étiquette le permet ou si vous savez que c’est du 100% coton, ils passent en machine, et on enchaîne sur le sèche-linge ou le fil dans le jardin. Mieux vaut se rendre en laverie, selon leur taille, les plaids peuvent être très lourds. Attention, le soleil peut altérer certaines couleurs transformer votre élégant terra cotta en rose layette.

Les coussins

On les achète sur un coup de cœur, sans se demander une seconde comment on va pouvoir les laver. Et pourtant, on vit avec et comme tout le reste, ils accumulent crasse et poussières.

Comment on les nettoie ?

S’ils ont déhoussables, on lave la housse à froid pour éviter qu’elle rétrécisse puis on la laisse sécher à l’air ou au sèche-linge si l’étiquette l’autorise. S’ils ne sont pas déhoussables on les confie au pressing pour les retrouver comme neuf. Sinon ils risquent de se déformer et de mal sécher, puis de moisir de l’intérieur. Des conseils qui valent aussi pour les housses de canapé.

Les rideaux et voilages

Non seulement ils prennent la poussière qui finit par s’incruster et casser la fibre, mais comme tout le reste ils ne sont pas à l’abri des tâches. On les nettoie tous les deux ans.

Comment on les nettoie ?

S’ils sont en coton, en lin ou en fibre synthétique, on les passe en machine, à la laverie s’ils sont trop grands, en suivant les instructions de l’étiquette. On les essore à petite vitesse.

S’il s’agit de rideaux en velours, de double-rideaux ou de modèles sur-mesure, on ne se pose pas la question, on les laisse au pressing sous peine de les retrouver déformés et rétrécis.

Les tapis

Tout comme la moquette, les tapis doivent être nettoyés régulièrement. Leurs fibres sont de véritables attrape-poussières et autres pièges à bactéries, d’autant plus qu’on leur marche dessus, parfois-même en chaussures.

Comment on les nettoie ?

Au quotidien, on les aspiré en profondeur toutes les semaines. Pour aller un peu plus loin, on peut de temps en temps les passer au nettoyeur vapeur. Cela reste superficiel, mais c’est un peu plus efficace que l’aspirateur. Seule contrainte, il faut pouvoir laisser complètement sécher le tapis en hauteur pour éviter qu’il moisisse. En revanche, un passage par le pressing est obligatoire de temps en temps (inutile d’espérer le faire rentrer dans une machine classique s’il fait plus d’un mètre). Les professionnels possèdent des appareils spéciaux profonds de plus de 4 mètres pour un lavage optimal. On y va une fois par an s’il est situé dans un lieu de passage, tous les 2-3 ans si c’est le tapis de la chambre sur lequel on ne marche qu’en chaussons. En revanche, on passe les tapis de bain à la machine toutes les semaines.

AU SECOURS J’AI FAIT UNE TACHE

« Le mieux en cas de tâche, c’est de ne rien faire » préconise Nicolas de Bronac, cofondateur de Sequoia pressing. Moins on fait de tentatives plus les professionnels seront à même de l’enlever efficacement. « La pire idée, c’est de mettre du sel ! Le fantasme voudrait qu’il absorbe la tâche, en réalité, il la cuit. Ce n’est pas pour rien si on fixe les teintures avec ! » prévient Nicolas de Bronac. S’il s’agit d’un textile qui se lave à l’eau, on peut éventuellement diluer la tâche avec quelques gouttes.

C’EST QUOI UN PRESSING ECOLO ? 

Attention, âmes sensibles s’abstenir. Quand on parle de nettoyage à sec, en réalité, on parle de nettoyage sans eau car les textiles baignent quand même dans un liquide. La plupart des pressings utilisent du perchloroéthylène, un solvant potentiellement cancérigène qui sera complètement interdit à partir de 2022. En remplacement nombre d’entre eux passent aux hydrocarbures, la technologie que l’on utilisait avant l’arrivée du perchloroéthylène. Vous avez toujours envie de vous réchauffer dans le plaid fraichement sorti du pressing ?

Rassurez-vous, on voit s’ouvrir de plus en plus de pressings écolo comme la chaîne Sequoia qui compte 53 boutiques. Quand c’est possible, chez Sequoia on privilégie le nettoyage à l’eau, mais de manière optimisée pour prendre le plus grand soin des articles fragiles. Sinon, comme dans le cas de textiles très délicats qui ne supporteraient pas l’eau (entre feutrage et rétrécissement…), tels que l’alpaga, la soie sauvage ou le velours, ces pressings utilisent un silicone liquide breveté, non toxique pour l’environnement, «Greenearth », comme ceux que l’on utilise dans les produits cosmétiques. Une démarche que Sequoia pousse même plus loin en boutique, avec des éclairages à Led, des tapis en pneu recyclé, une consommation d’eau réduite, du mobilier made in France, des impressions certifiées imprim’vert. Chez eux, même les cintres sont recyclés !

MON ETIQUETTE: L’APPLI QUI DECRYPTE LES PICTOS (IMBITTABLES)

A moins d’avoir un doctorat es pressing, peu d’entre nous parvient à mémoriser l’ensemble des pictos qui apparaissent sur les étiquettes d’entretien (saviez-vous qu’il en existait un pour le séchage sur un fil à l’ombre ?) Pourtant, regarder l’étiquette, c’est le premier réflexe pour entretenir correctement ses textiles. Alors pour se simplifier la vie, on télécharge l’appli Mon Etiquette qui traduit en langage compréhensible les consignes d’entretien.

// Photo de Une : Housse de couette en lin lavé, La Redoute Intérieurs

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

4
commentaires

  • Répondre Maddie 24 mars 2018 at 10 h 25 min

    Merci pour cet article hyper utile. Je vais m’y mettre de ce pas, ça doit être un peu cracra chez moi !
    Coup de cœur pour la suspension de la photo de une, vous avez sa référence chez la redoute ?
    Merci!

  • Répondre Violaine 24 mars 2018 at 12 h 34 min

    Excellent article, merci la team !
    En général j’apprécie la qualité des articles, le fait de savoir qu’il y en a un nouveau chaque jour et la diversité des articles (et de leurs prix) proposés

    • Répondre Carine et Anne-So 6 avril 2018 at 22 h 58 min

      Merci beaucoup :-) Nous sommes ravies que l’article vous ait plu

    Laisser un commentaire