Je repeins mon parquet : les 5 faux pas à éviter /// Hëllø Blogzine blog deco & lifestyle www.hello-hello.fr
CONSEILS DECO, DIY, HOME COACHING

Je repeins mon parquet : les 5 faux-pas à éviter

Depuis les débuts de la vague déco nordique, il nous fait rêver ce parquet blanc lumineux que l’on voit partout dans les magazines de déco, sur les blogs et les réseaux…D’ailleurs, que les adeptes des surfaces ultra-pigmentées se rassurent,  la tendance est aussi aux parquets colorés, relookés intégralement ou par touches ultra-graphiques ! Cependant, attention, repeindre un parquet ne s’improvise pas ! Pour vous aider à faire passer le vôtre à la couleur sans regret ni faux pas, Hello est partie à la pêche aux astuces auprès d’une professionnelle. Décryptage avec Fanny Michel, responsable du service Conseils et Formations chez V33.

ERREUR N° 1 : NE PAS REFLECHIR AU TYPE DE PARQUET CONCERNE

Cela paraît évident mais c’est un aspect essentiel ! Tous les parquets ne sont pas faits du même type de bois et ne présentent pas la même finition. De ce fait, ils ne réclament pas la même préparation.  Les parquets bruts aux bois tanniques par exemple (chêne, châtaignier…) rejettent des tanins qu’il est nécessaire de neutraliser sous peine de voir des auréoles et irrégularités apparaître sur le sol. Avant l’application de la peinture couleur,  on pose donc une sous-couche bois tanniques spécifique. Passé ce cas particulier, il convient également de bien préparer le sol pour  faciliter l’adhérence de la formule et obtenir un joli rendu. Votre parquet est vitrifié, verni, stratifié ? Un lessivage à l’aide d’un nettoyant à base de soude est indispensable (s’il est ciré, on préfèrera un shampoing décireur).
On procède ensuite à un léger ponçage (avec un papier de verre à grain 120 pour les parquets bruts, vitrifiés ou vernis. Avec un grain plus costaud ( 240 ) pour les parquets stratifiés.) On termine en dépoussiérant le support  à l’aide d’une serpillère légèrement humide. Après avoir protégé les plinthes avec de l’adhésif de masquage, on passe à l’application de la peinture, une formule spécialement étudiée pour le sol bien-sûr ! (V33, Farrow & Ball…)

ERREUR N° 2 : PEINDRE AU FEELING

Et non, on ne peint pas un parquet comme un artiste devant sa toile, porté par l’inspiration et par le mood du moment…On est pas Picasso ! Si l’on désire un résultat impeccable, une technique précise s’impose. D’abord via de bons outils :  pour appliquer la formule, on utilise un rouleau velours à poils ras qui ménagera un beau tendu de la matière. Si le parquet est brut donc plus absorbant, on peut utiliser un rouleau à poils plus longs ( qui déposera davantage de peinture sur la surface). Enfin, côté gestuelle, on peint en croisant les passes puis on termine en suivant le veinage du bois.

ERREUR N° 3 : FAIRE L’IMPASSE SUR LA DEUXIEME COUCHE

Même si, à l’oeil nu, une seule couche de peinture nous semble suffire pour un beau résultat , une seconde couche de peinture est indispensable pour assurer une bonne tenue de la formule dans le temps ! Et un résultat optimal côté couleur. Pour l’application de la peinture, c’est un peu comme pour la manucure parfaite, c’est deux couches et pas moins !

ERREUR N° 4 : NE PAS RESPECTER LE TEMPS DE SECHAGE

Si les peintures pour le sol, à base d’eau, sont sèches au toucher très rapidement, elles sont néanmoins encore fragiles pendant plusieurs jours. « Je conseille d’être délicat avec le parquet juste peint pendant 15 à 20 jours » explique Fanny, « le temps que la formule se solidifie et protège le bois de façon optimale ». On marche donc sur son parquet repeint en chaussettes, et on ne traîne pas les meubles sur le sol au moment de les replacer dans la pièce. Mieux, on les équipe de patins qui permettront de préserver longtemps la couleur de l’abrasion et des micro-rayures.

ERREUR N° 5 : NETTOYER SON PARQUET A GRANDES EAUX

Même si les peintures pour le sol sont lessivables, on évite de les nettoyer à grandes eaux car le trop plein d’humidité fait gonfler le bois. On utilise plutôt l’aspirateur ou un linge légèrement humide. On évite aussi les nettoyants trop agressifs.

 

// Photo de Une : Peinture de rénovation, plancher et escaliers, V33

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

1
commentaire

  • Répondre Claire 8 juin 2018 at 10 h 20 min

    Est-ce que vous avez aussi des conseils pour repeindre un parquet flottant ou un sol laminé ? Le mien a été posé par les précédents locataires (une horreur, autant en termes de couleur que de pose) et me semble très cheap donc je suppose que c’est du laminé… Je J’hésite encore à me lancer :)

  • Laisser un commentaire