Le confinement va-t-il changer nos intérieurs ? // Hellø Blogzine blog deco & lifestyle www.hello-hello.fr
CONSEILS DECO, HOME COACHING

Le confinement va-t-il changer nos intérieurs ?

Après deux mois à tourner en rond chez nous, on regarde le canapé ou la commode d’un autre oeil. Sans parler du placard de l’entrée qu’on avait ambitionné de ranger en début de confinement. Projet qui en est toujours au point zéro. Entre les apéros Zoom, les cours de yoga sur Youtube, les concerts en live sur Instagram, le pain fait maison et les expériences de bouturage, c’est finalement passé vite ! Cette longue période d’observation et de réflexion (sans magasin et avec des e-shops au ralenti) nous a donné des envies de changement ( « il est un peu fatigué ce tapis non ? », « j’ai l’impression de cette peinture mint me donne un teint d’endive » ). Mais cette parenthèse particulière et anxiogène est peut-être en train de modifier plus profondément nos intérieurs. A court et long terme.

// Photo de une : Hellø chez Lara Loves Paris

Hellø chez Aurélia Wolff, créatrice de Whole

ON VEUT UN EXTERIEUR

Huit semaines enfermé entre quatre murs, c’est long et ça l’est encore plus quand on a pas le moindre brin d’herbe à fouler. Ce lieu qui était un refuge, un cocon à l’abri du monde extérieur devient tout d’un coup une prison où l’absence d’extérieur devient chaque jours plus intolérable. On parie que nombre de citadins vont avoir envie de troquer leur appartement pour un autre avec terrasse, ou petit balcon, quitte à s’éloigner un peu. Certains abandonneront peut-être même leur vie urbaine pour se mettre au vert. Bientôt le retour des néo-ruraux ?

A gauche, le jardin de © Ilaria Fatone – A droite, Hellø chez Mylène, codirectrice de Frangin Frangine

ON RANGE

Changement plus modeste, on mise sur un grand ménage de printemps, un peu à retardement. Certains ont profité du confinement pour entamer les hostilités, d’autres ont préféré bing watcher Netflix, mais en huit semaines on a tous eu le temps de mesurer l’étendu de ce qu’il y restait à ranger. Les mois qui viennent devraient donc être placés sous le haut patronnage de Marie Kondo, expert es pliage de t-shirt et roulage de chaussettes. Sans compter que le confinement a vu fleurir les groupes d’échanges en tout genre (scie circulaire, reste de peinture, plans de courgettes…), une dynamique qui devrait perdurer. On tri, on donne, on vend, on fait tourner l’économie circulaire.

Hellø chez Lara Loves Paris

ON JARDINE

Files d’attentes à l’extérieur des magasins, risques de contaminations à tous les rayons, ruptures d’approvisionnement, les expériences de course pendant le confinement ont largement nourri tous les fantasmes d’auto-suffisance alimentaire. La côte du carré potager n’a jamais été aussi bonne. On a envie de vert (si possible comestible), de nature… Chacun s’y met, selon ses possibilités et sa motivation, que ce soit en dévalisant le fleuriste qui vient de réouvrir, en retournant la moitié du jardin pour s’assurer un approvisionnement en pommes de terre cet hiver ou en se mettant intensivement au semis, au bouturage ou à la germination d’avocat en appartement.

Hellø chez Mademoiselle Madeline

ON CHANGE TOUT ?

Cette overdose de notre intérieur est-elle synonyme de départ à zéro ? Va-t-on avoir envie de renouveler entièrement notre déco ? On en doute sérieusement. D’une part parce que la crise nous a affaibli économiquement, et ce n’est que le début, donc le besoin impérieux d’une nouvelle parure de draps en lange ou d’un canapé en velours côtelé va probablement se modérer tout seul. Et puis, cette parenthèse slow nous a plutôt donné envie d’une consommation modérée, pas d’une série d’achats compulsifs. En revanche, cela va certainement donner le déclic à certains pour faire quelques changements qui couvaient depuis longtemps, comme renouveler ce matelas qui leur casse le dos toutes les nuit ou ces rideaux fatigués.

ON RECLOISONNE

Le contexte actuel est-il en train de venir à bout des espaces ouverts et du décloisonnement systématique ? Dans les bureaux,  les transports, au restaurant, la pandémie pose la question du cloisonnement. Peut-on (et doit-on) créer des bulles physiques de distanciation pour chacun ? Nous ne sommes pas là pour répondre à cette question. En revanche  ceux qui ont vécu deux mois dans 70m2 avec trois enfants s’accorderont pour dire que quelques cloisons pour retrouver un brin d’intimité ce n’est pas du luxe. Va-t-on revenir à des intérieurs plus structurés au dépend de l’esprit loft ? On n’est pas loin de le penser.

A gauche, Hellø chez Julie, Coussin Germain – A droite, Hellø chez l’instagrammeuse Marie in May

ON REFAIT SON ENTRÉE

Espace souvent négligé, encombré, l’entrée reprend toute son importance en assumant son rôle de « sas de décontamination » entre notre intérieur et l’extérieur. Certains ont déjà commencé à l’optimiser. Plutôt que de laisser les chaussures à l’air sur le pallier, on investit dans des rangements pratiques et fermés. De même pour les manteaux et les sacs. Et pourquoi pas un distributeur de gel hydroalcoolique à côté de la boite à clef pour se nettoyer les mains quand on rentre ? 

A gauche, Hellø chez Virginie, Mes Petites Paillettes – A droite, Hellø chez Emilie du blog Choufleur la Jolie Paillette

ON AMÉNAGE UN ESPACE DE TÉLÉTRAVAIL CONFORTABLE

L’expérience des dernières semaines a fait réaliser à nombre d’entre nous que le télétravail nécessitait plus qu’un coin de table ou la console de l’entrée pour pouvoir être efficace  (et accessoirement ne pas avoir à faire un devoir de géographie ou un crumble aux pommes en même temps). L’idéal étant un espace à l’abri du bruit du reste de la maison, pour éviter d’être interrompu par les cris de joie fier d’être arrivé à temps sur le pot, pendant une conf call avec le directeur financier. Le contexte actuel étant plus que favorable au télétravail, surtout pour les mois à venir (Facebook et Google le maintiennent jusqu’en 2021), on se dit que les ventes de bureaux et de fauteuils conforts devraient grimper en flèche.

Notre conseil ? Soignez ce qui se trouve derrière-vous. Le vélo d’appartement et la table à repasser ça ne respire pas l’empowerment. A minima rangez un peu, si possible, préférez un mur de couleur avec une belle affiche, du papier peint, ou encore un « motivational poster » (« Dreams Don’t Work Unless you Do » par exemple) ambiance CEO de start up. Une bibliothèque peut aussi envoyer différents messages : bien rangée pour un look intello maniaque ; avec la tranche des livres côté mur pour un rendu instagrammable façon déco-addict ; ou encore, avec des livres classés par couleurs pour un côté blogueuse DIY.  Sinon il vous reste les arrières-plans gaguesques de Zoom.

Hellø chez Alexis et Perrine du blog A Sunday Morning

ON CONSOMME LOCAL

Avec cette pandémie internationale on a, une fois de plus, pris de plein fouet les travers de la mondialisation. De quoi donner envie plus que jamais de soutenir l’économie locale, d’autant que les petites entreprises risquent de payer le prix fort ce ralentissement de l’activité… Cela tombe bien, en déco, on voit de plus en plus d’acteurs made in France et sur les plateformes comme Etsy sont  pleines de talents, illustrateurs, céramistes, woodworkers, qui ne demandent qu’à être découverts. Le #supportsmall a déjà convaincu les réseaux sociaux, on a envie de penser que cela ne va pas en rester là.

A gauche, Assiettes Capi L’Atelier – A droite, Affiche Oak Gallery

Pour ne rien rater, n’oubliez pas de vous abonner à notre NEWSLETTER ! Pas d’inquiétude, on ne vous bombardera pas de mails, juste un petit récap hebdomadaire avec quelques infos exclusives et les coulisses de Hellø.

Hellø c’est aussi une chaîne Youtube et un Podcast, Unpplugged , on se retrouve là bas !

Et aussi

Article précédent Article suivant

Vous aimerez peut-être aussi

0
commentaire

Laisser un commentaire